Atelier «la fresque du climat»: Une interpellation citoyenne et politique de l’urgence climatique.

Je me suis inscris pour participer à un atelier de l’association «la fresque du climat », organisé cette semaine, sur une péniche amarrée face à l’assemblée nationale. Avec des collègues d’autres groupes politiques, pendant 2 h, nous avons échangé de manière constructive sur les conclusions du rapport du GIEC sur les enjeux socio-politiques du changement climatique.
«chaque demi-degré compte, chaque année compte, chaque choix compte»… L’affaire de tous !

«Faire de la commande publique un moteur de la transition écologique et sociale»

«Faire de la commande publique un moteur de la transition écologique et sociale» : tel est le thème de la tribune transpartisane que j’ai cosignée avec des collègues députés.
Nous appelons notamment à mieux prendre en compte l’impact carbone et social des achats au sein de l’Etat et des Collectivités.
Certains de ces sujets sont à l’ordre du jour dans le projet de loi « climat et résilience », actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale. Des amendements ont été déposés à la suite et en conséquence de cette tribune.
Retrouvez l’intégralité de cette tribune en cliquant sur le lien suivant : https://www.la-croix.com/Debats/Faire-commande-publique-moteur-transition-ecologique-sociale-2021-03-11-1201145065?fbclid=IwAR0d7H4YN43Tk0Fu8MJeMuQ241ihmurfVZtDZgpXP6eaz4YP8ZFdf8mt1rg

Nouvelle édition de « La semaine de l’Economie Sociale et Solidaire à l’Ecole »

En tant que député impliqué sur ce sujet à Paris, il m’a été proposé d’intervenir au sein d’un établissement scolaire vosgien pour transmettre les valeurs portées par l’ESS (démocratie, solidarité, coopération, respect de l’autre..).
Je suis allé aujourd’hui au collège Louis Armand de Golbey, établissement très engagé en matière de citoyenneté et de développement durable.
Les esprits attentifs de ces jeunes « éco-délégués » ont donné lieu à des échanges nourris et engagés !

Santé et environnement: des liens d’évidence.

Mercredi en fin d’après-midi, interpellation du Gouvernement sur le rapport de la commission d’enquête portant sur l’évaluation des politiques publiques de santé environnementale. La France est en retard.
Pour la création et le renouvellement de ces politiques publiques, deux axes majeurs sont à privilégier: la prévention et l’anticipation, et armer résolument notre système de protection de santé environnementale.
https://www.facebook.com/stephane.viry.10/videos/2922966517976325

Invité à France 3

J’ai été invité ce soir, en direct dans le journal régional de France 3, pour apporter un point de vue sur la situation sanitaire actuelle.
L’épidémie est toujours là, restez prudents.

J’ai interrogé le Premier Ministre sur l’évolution de la crise sanitaire

Hier, lors de notre séance hebdomadaire des questions au Gouvernement, j’ai interrogé le Premier Ministre sur l’évolution de la crise sanitaire, alors que les français attendent toujours de pouvoir retrouver une vie « normale ».
Les interventions contradictoires et les décisions prises nous laissent parfois perplexes. Elles suscitent l’incompréhension des français et une perte de confiance envers les pouvoirs publics.
Retrouvez mon intervention sous cette publication :
https://www.facebook.com/stephane.viry.10/videos/2922204814719162

«Les 175 000 professionnels de la filière de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage sèment le printemps» !

       
Alors que cette filière a énormément souffert au printemps dernier de la crise sanitaire et des mesures successives de confinement, j’ai souhaité, par une tribune, alerter les pouvoirs publics sur la reprise économique de l’activité du végétal, notamment via la commande publique.
Cette tribune, que de très nombreux collègues députés de tout groupe politique ont signé, fait écho à la récente visite d’une délégation nationale des «métiers du végétal» dans les Vosges.
Alors que les décisions de confinement vont à nouveau percuter la filière, je poursuis ma mobilisation pour la défense des exploitants et commerçants.

Visite de terrain à Ortoncourt, Haillainville et Damas-aux-Bois

poursuite des visites dans des villages de ma circonscription. Au programme : Ortoncourt, Haillainville et Damas-aux-Bois.
Une nouvelle fois l’occasion d’un dialogue libre avec les élus sur des sujets majeurs pour les communes et leurs concitoyens : assainissement, organisation de l’administration, forêts, routes, écoles,…
Ces séquences instructives nourrissent mes travaux parlementaires.

Deux prises de parole en hémicycle

Deux prises de parole hier après-midi en hémicycle, pour deux sujets très importants, sur lesquels je suis mobilisé :
▶️ Concernant la proposition de réforme du courtage (assurances, banques…), j’ai indiqué aux Ministres et aux Députés présents, la réserve que le Groupe Les Républicains émet sur ce texte, issu de la commission mixte paritaire. Dans notre droit, des outils de régulation préexistent et une telle loi complexifierait notre arsenal législatif, sans pour autant défendre les consommateurs. Cette proposition ne prend pas en compte les opérateurs étrangers, ce qui pose de réelles difficultés de surveillance et donc de sécurité, pour les consommateurs.
▶️ Je suis également intervenu suite aux travaux de la commission mixte paritaire sur la justice de proximité et la réponse pénale. Sur ce point, les Députés Républicains voteront une loi qui est un premier pas vers davantage de confiance dans l’institution judiciaire. L’autorité judiciaire doit contribuer à améliorer le «vivre-ensemble» et ne doit pas être fragilisée. La justice ne peut tolérer la commission d’infractions, quelles que soient leurs gravités. Et ce texte permet de remplir cet objectif en prévoyant l’accentuation des travaux d’intérêts généraux par exemple.
Retrouvez dès à présent mes deux interventions ⬇️

Projet de loi constitutionnelle, pourquoi je me suis abstenu lors du vote

L’avis du Conseil d’Etat sur ce projet de Loi est cinglant. Il en marque toutes les conséquences juridiques négatives, et pose notamment le risque d’un «gouvernement des juges».
Mais il m’était impossible de refuser l’idée d’un référendum sur un sujet essentiel. Je suis d’ailleurs favorable à ce que les français(e)s soient interrogé(e)s sur d’autres questions telle que la laïcité ou les finances publiques par exemple.
L’idée d’Emmanuel MACRON est de poser la question de la protection de l’environnement à la population par référendum. Mais qui, en 2021, n’a pas la volonté de lutter contre le réchauffement climatique, de préserver la biodiversité et de sauvegarder l’environnement ?
La question se révèle donc être un gribouillage politique plus qu’une utilité, d’autant que la France dispose déjà d’une charte environnementale ayant valeur constitutionnelle. L’environnement est juridiquement déjà protégé, notamment par «le principe de précaution».
En première lecture, par ce vote d’abstention, j’ai décidé de pas soutenir un texte qui ne me convient pas mais de ne pas m’opposer à ce principe d’une consultation populaire.
Au Sénat de débattre et de voter désormais sur cette perspective de référendum.