A l’écoute des habitant(e)s et au plus près des forces vives du territoire

Une journée de terrain comme je les aime, à l’écoute des habitant(e)s et au plus près des forces vives du territoire, à Epinal et Thaon-les-Vosges :
-avec des membres de la coordination départementale de l’AFM Téléthon pour évoquer l’impact de la crise de la Covid-19 sur l’édition 2020 et le bénévolat en France,
-avec des dirigeants d’une entreprise de fabrication de charcuterie pour échanger sur une proposition de loi examinée ce mois-ci à l’Assemblée Nationale et les amendements que je vais déposer en conséquence,
-avec le Président et des membres du bureau de la Fédération du BTP 88 pour un tour d’horizon sur les perspectives de l’année 2021,
-avec les parties prenantes du comité local «territoires zéro chômeur de longue durée» pour avancer sur le développement d’un projet territorial,
Il ressort de ces rencontres des idées et suggestions que je vais initier ou appuyer, tant au niveau local que national !
 

Meilleurs voeux pour 2021

J’ai le plaisir de partager avec vous ma carte de vœux 2021 mettant à l’honneur le Général de Gaulle.
Prenez bien soin de vous et de ceux qui vous sont chers.
https://www.facebook.com/stephane.viry.10/videos/2860978310841813

La jeunesse de France est son avenir…

Je partage naturellement cette réflexion du Doyen de la Faculté de Droit relative à la situation des étudiants, éloignés des cours, de l’émulation de la vie universitaire et de toute atmosphère étudiante depuis des mois.
A cette heure, je n’ai pas encore reçu de réponse de la Ministre chargée de l’enseignement supérieur que j’avais interpellé voilà quelques semaines pour une reprise des cours, pour faire cesser les drames naissants.
« Ce qui suit n’est qu’un billet d’humeur qui n’engage évidemment ni la Faculté, ni ses étudiants dont je n’entends pas ici être le représentant. Et je ne parle que de ceux que je crois connaître, dans les disciplines de la Faculté qui est la mienne.
ETUDIANTS OUBLIES : CELA VA COUTER CHER
Le président de la République a vécu à « l’isolement » au pavillon de la Lanterne à Versailles. Ce n’était pas le confinement d’un étudiant dans sa chambre universitaire, mais il aura peut-être touché du doigt la vie « sans contact ». On espère qu’elle cessera bientôt pour nos étudiants, les oubliés de la République…
Oubliés des élus (j’excepte mon député qui se reconnaîtra), y compris locaux, qui, après avoir milité pour la réouverture des petits commerces, n’ont plus que le 3ème confinement comme solution, sans y mettre, et c’est le reproche que je leur fais, les nuances qu’appelle une situation estudiantine qui devient dramatique.
Oubliés depuis le premier confinement. Alors qu’écoliers, collégiens et lycéens rentraient, ils n’ont jamais eu le droit de revenir dans leur Faculté. Le « distanciel » était prôné par notre Ministère. On neutralisera finalement les dernières épreuves du baccalauréat, acquis sur tapis vert. Pourtant, aux étudiants, et à nous, on refusera la neutralisation des examens d’un semestre terminé dans le chaos. Ils devront composer et nous tenterons d’évaluer, mal.
Tout le monde rentre en septembre… Pour les étudiants, le ministère entonne désormais l’hymne à « l’enseignement hybride »… On coupe les promotions en deux. On diffuse les cours en direct à ceux qui ne peuvent s’asseoir sur les strapontins désormais scotchés… Les étudiants prennent l’habitude du jour sur deux. Les débuts technologiques sont âpres, nos jeunes ont une patience d’ange, mais on sera prêts à la Toussaint.
Oubliés au second confinement. Le Ministre de l’éducation a obtenu qu’on ne reconfine plus ses élèves, à raison du risque de décrochage. Lui a compris. L’enseignement supérieur n’obtient rien et reprend sa comptine du « distanciel ». Les bambins de maternelle pourront contaminer la famille le soir après une journée à s’esbaudir sans masque, mais les étudiants n’ont plus le droit de venir, même masqués, même un sur deux, alors que c’est la norme dans les lycées.
Oubliés à l’annonce de l’allègement, quand ils, apprennent qu’ils ne rentreront qu’en février, quinze jours après les restaurants… Pas d’explication, pas de compassion. Rien. Le Premier ministre, décontenancé lors d’une conférence de presse où un journaliste, un original pour le coup, demandera … » et les étudiants ? », répondra :  » Oui, nous avons conscience de la situation des étudiants ».
Des collègues croyant encore aux vertus d’un référé liberté agiront devant le Conseil d’Etat, en vain. Merci à eux d’avoir fait la démarche, sous la conduite de Paul Cassia. Elle traduit une demande forte, mais sonne comme un prêche dans le désert.
Oubliés alors que le ministère a connaissance depuis décembre des chiffres qui montrent une situation psychologique dégradée, des premières tentatives de suicide. Il a répondu… ! Nos dernières circulaires nous autorisent à faire revenir les étudiants dès janvier pour… des groupes de soutien ne dépassant pas 10 étudiants… Ce n’est pas de nounous dont les étudiants ont besoin, c’est de leurs enseignants. Et les profs n’ont pas besoin d’assistants sociaux, ils veulent voir leurs étudiants.
On pourrait refaire des travaux dirigés en demi salles… à une date à fixer plus tard. Le vase déborde ! Quand va-t-on sérieusement résoudre cet oubli qui ne peut résulter que de la méconnaissance et annonce des conséquences graves.
La méconnaissance
Fort d’une naïveté qu’on veut préserver pour survivre, on va croire que l’oubli est le fruit non du mépris, mais d’une méprise.
Les étudiants sont d’abord victimes de leur nombre. Le Premier Ministre parlera d’eux comme d’un « flux », constitué sans doute d’écervelés convaincus d’être immortels et incapables de discipline. Les éloigner, c’est évidemment écarter la masse , mais l’argument cède devant les étudiants (les nôtres par exemple), qui ont prouvé leur capacité à passer leurs examens « en présentiel » dans un respect impressionnant des consignes. Il cède aussi devant la foule de voyageurs du métro ou les files d’attente des grands magasins. Brassage de population ? Il y en a des pires.
Ils sont ensuite victime d’un cliché tenace. Dans un amphi, il ne se passe rien. L’enseignant débite son cours et s’en va. Le cours ayant tout d’un journal télévisé, on peut le… téléviser. Tous les enseignants, mais se souvient-on qu’ils existent, savaient et on redécouvert que tout dans un amphi est fait d’échanges avec la salle : des regards, des sourires, des sourcils qui froncent, un brouhaha de doute, un rire complice. Le prof sent son public, redit quand il égare, accélère quand il ennuie, ralentit quand il épuise.
Le ministère croit le contraire, et le Conseil d’Etat, dont l’audace majeure aura été de critiquer la jauge dans les églises, a cédé au cliché pour les amphis en jugeant que le distanciel « permet l’accès à l’enseignement supérieur dans les conditions sanitaires » actuelles (ord. n°447015 du 10 décembre). Nous voilà sauvés. Le prêtre serait-il plus présent que le professeur ? La haute juridiction, pour les théâtres, admettant que leurs mesures sanitaires sont suffisantes, nous avons d’ailleurs les mêmes, concèdera que leur fermeture compromet les libertés mais doit être maintenue dans un « contexte sanitaire marqué par un niveau particulièrement élevé de diffusion du virus au sein de la population », autant dire tant que le gouvernement jugera que ça circule beaucoup (ord. n°447698 du 23 décembre). Si on résume, « 30 à la messe c’est trop peu », « pour les études la télé c’est suffisant » et « on rouvrira les théâtres quand ca ira mieux ».
Au ministère, on imagine peut-être que les étudiants se plaisent au distanciel. Après tout, autre cliché d’anciennes époques, ne sont-ils pas ces comateux en permanente grasse matinée préférant se vautrer devant un écran en jogging plutôt que subir la corvée d’un cours ? Cette armée de geeks gavés à la tablette depuis la poussette ne goûtent-ils pas la parenté entre un prof en visio et un jeu vidéo ? Ils n’en peuvent plus de la distance, de ces journées d’écran… seuls, au téléphone ou via des réseaux sociaux souvent pollués par des prophètes de malheur ayant toujours un complot à dénoncer et une rancoeur à vomir.
Enfin, les étudiants, adeptes chaque soir de chouilles contaminantes, doivent rester éloignés autant que resteront fermés les bars dont ils sont les piliers. Ignore-t-on que la moitié de nos étudiants sont boursiers, qu’ils dépenseront leurs derniers euros à acheter un livre ou simplement des pâtes plutôt qu’à s’enfiler whisky sur vodka… ? Ignore-t-on les fêtes thématiques, les soirées littéraires, les conférences qu’ils organisent ? Quand on les côtoie, ne serait-ce qu’un peu, on mesure que leur convivialité n’est pas celles de soudards. Ils survivraient sans les bars et peuvent rentrer avant qu’on les rouvre.
Ceux qui les oublient par facilité ne les connaissent donc pas. Et c’est risqué.
Le risque
Le risque est pédagogique. On sait que ça décroche, partout. Les titulaires du bac sans l’avoir passé n’ont plus de repères. Leur échec est une catastrophe annoncée. Les étudiants plus aguerris ne sont pas en meilleur forme. L’apprentissage est plus difficile, la compréhension est ralentie par l’absence d’échange. Et, alors que deux semestres consécutifs ont déjà été compromis, le premier dans l’urgence, le second par facilité, faut-il en ajouter un troisième par lâcheté ? La moitié d’une licence gachée parce qu’on ne veut pas prendre le risque de faire confiance aux jeunes ? Les pédagogues voient venir le mur et proposent qu’on l’évite au lieu d’y foncer en klaxonnant.
Le risque est économique. On ne confine pas les élèves en maternelle car il faut que les parents travaillent. Les étudiants ne produisent rien et peuvent se garder seuls. C’est pratique! Mais le pari est à court terme car la génération qui paiera la dette, c’est eux. Faut-il décourager des vocations et compromettre l’insertion professionnelle de ceux qui devront avoir la force herculéenne de relever l’économie qu’on est en train de leur plomber ? Plus que jamais la formation doit être une priorité et le soutien aux jeunes un impératif.
Il est sanitaire. A-t-on eu des clusters dans notre fac ? Non. Et pourtant on a fonctionné 7 semaines, avec bien moins de contaminations que dans les écoles, restées pourtant ouvertes. On sait les efforts et le sacrifice des soignants. Nul ne met en doute ce qu’ils vivent et ce qu’ils voient. Les étudiants ont eu, eux aussi, des malades et des morts. Ils savent ce qu’est la douleur. Les enseignants aussi. Mais la vie est là, encore, et il faut la préserver aussi.
Et attention qu’à force de leur interdire les lieux dont les universités ont fait de véritables sanctuaires, on les incite aux réunions privées, à dix dans un studio juste pour retrouver un peu de partage. On sait pourtant que c’est dans la sphère privée que réside le problème. Le retour dans les amphis, c’est la réduction du risque privé, et non l’amplification du risque public.
Il est humain. Un étudiant n’est pas un être solitaire. Il étudie pour être utile aux autres. Il appartient toujours à une promo, qu’en aucun cas les réseaux sociaux ne peuvent remplacer. Il voulait une vie étudiante faite des découvertes et des angoisses d’un début de vie d’adulte avec d’autres jeunes adultes. Ce n’est pas ce qu’on lui fait vivre, pas du tout. L’isolement le pousse au doute, sur la fac, sur les profs, sur les institutions en général, et, pire que tout, sur lui-même. La sécurité sanitaire conduit, chez certains, à la victoire du « à quoi bon ». Si quelques uns s’accommodent de la situation, la vérité est que beaucoup souffrent, ce qu’ils n’iront pas avouer en réunion publique quand on leur demande s’ils vont bien. Beaucoup se sentent globalement délaissés, oubliés, voire méprisés. Va-t-on continuer à leur répondre « plus tard », « un peu de patience », sans savoir jusque quand du reste, et attendre qu’on en retrouve morts ?
Il est aussi politique. Certains étudiants ont la sensation de payer pour d’autres ; ceux qui ont affaibli l’hôpital, ceux qui n’ont pas renouvelé les masques, ceux qui ont cru à une grippette, et on en passe. Il est temps d’éviter de les culpabiliser, même indirectement.
Pour retrouver une confiance passablement écornée, les gouvernants doivent apprendre à faire confiance à leur peuple, au lieu de s’en défier. Les étudiants sont jeunes mais, à condition de croire que c’est une qualité, on peut parier qu’ils ne décevront personne s’ils peuvent faire leurs propres choix. N’est-ce pas à cela qu’on est censé les préparer ?
Si la préservation des populations fragiles est un devoir que nul ne conteste, au jeu de la fragilité, les étudiants ont la leur ; leur inexpérience et le besoin d’être guidés.
Dans l’histoire de l’Homme, les aînés ont toujours veillé à protéger la jeune génération. Les parents d’étudiants le font dans chaque famille mais à l’échelle du pays c’est la tendance inverse. Une génération de gouvernants ignore les jeunes pour sauver les ainés. Doit-on, pour éviter que des vies finissent trop tôt, accepter que d’autres commencent si mal ? C’est un choc de civilisation que de mettre en balance à ce point l’avenir sanitaire des uns et l’avenir professionnel des autres.
Alors ?
Peut-on alors revenir à l’équilibre et au bon sens ? Que ceux qui ont besoin d’être là puissent venir, et que ceux qui préfèrent la distance puissent la garder ! Que les enseignants qui veulent des gens devant eux les retrouvent et que ceux qui craindraient pour eux ou leurs proches parlent de chez eux. Peut-on enfin laisser les gens gérer la crise, en fonction des impératifs pédagogiques de chaque discipline, des moyens de chaque établissement, dans le respect des normes ? Les gens de terrain, étudiants, enseignants, administratifs, techniciens, ont prouvé qu’ils savent faire.
Quand le silence vaudra l’implicite réponse « tout dépendra de la situation sanitaire », on aura compris qu’on fait passer le commerce avant le savoir, comme il passe avant la culture, et qu’on a préféré tout de suite des tiroirs caisses bien pleins plutôt que des têtes bien faites demain. » Fabrice Gartner, décembre 2020

Rencontre avec forces de sécurité vosgiennes

En ce jour de Noël, je suis allé saluer des femmes et des hommes qui sont de permanence pour la protection de la population vosgienne (pompiers, gendarmes, policiers) auxquels j’ai confirmé ma considération, mon soutien et mes encouragements pour leurs missions exercées tout au long de l’année.
Merci au Colonel Mangou, à la Commandante Villaume, au Commandant Crussière, au Commandant Petit et au Capitaine Bonnard et à leurs équipes pour l’accueil chaleureux qui m’a été réservé ce matin à Épinal, à Golbey et à Thaon les Vosges.

Actions législatives en faveur des acteurs économiques

Je continue mes actions législatives en faveur des acteurs économiques impactés par la crise de la Covid-19 !
Avant la suspension des travaux parlementaires, j’ai déposé une proposition de résolution visant à bousculer l’inertie de certaines compagnies d’assurance qui doivent faire preuve de solidarité envers les secteurs les plus touchés tels que l’hôtellerie, les cafés, les restaurants, le tourisme, la culture, le sport, l’événementiel…
Des discussions sont en cours entre les pouvoirs publics et les compagnies d’assurance afin de parvenir à une indemnisation du sinistre économique subi par les fermetures administratives. Il le faut !

Comité de Pilotage «Eco-Terre»

Aux côtés de Cédric Haxaire lors de la mise en place du Comité de Pilotage «Eco-Terre» par la Commune de Thaon-les-Vosges visant à la reconquête économique de la friche industrielle de la BTT. Je partage l’ambition et la méthode proposées pour «nous donner la chance de réussir» la transition écologique et industrielle de ce site, et la création d’emploi. «Les Vosges gagnantes…», là encore !

 

Solidarité et fraternité active !

À Golbey ce vendredi, j’ai accompagné le Préfet des Vosges lors de sa visite à la Banque Alimentaire, et aux bénévoles mobilisés pour venir en aide à nos compatriotes en difficultés. Leur action est exemplaire. La distribution alimentaire est indispensable et mérite d’être encouragée.

rencontre avec le directeur du Samu des Vosges

je me suis entretenu avec le Directeur du Samu des Vosges, à Golbey, sur la mise en fonctionnement depuis près de 3 ans de la plateforme « Centre de Traitement et de Régulation des Appels » (CTRA 88) qui traite en un seul point toutes les demandes de secours provenant du 15, 18 et 112.
La coopération entre ces services de secours existants permet d’améliorer le service rendu aux vosgiennes et aux vosgiens en termes d’appels d’urgence, avec notamment une plus grande rapidité du déclenchement, une sécurisation de la réponse et une rationalisation des sollicitations.
Et si à Paris certains peuvent penser que les initiatives provenant des territoires ne sont jamais innovantes et efficaces, je les invite à se rendre plus souvent dans les Vosges…
Valoriser et conforter cette expérimentation territoriale réussie est mon objectif dans mes travaux parlementaires. « Les Vosges gagnantes… »

réunion du Conseil de territoire

Hier, à Domèvre-sur-Durbion, j’ai provoqué une nouvelle séquence de travail avec le «Conseil de Territoire», composé d’anciens maires qui m’apportent leurs témoignages et expériences sur certains sujets.
A l’ordre du jour : la transition des équipes municipales en pleine crise de la Covid-19 et la question de la communauté nationale et des séparatismes.
Des réflexions toujours aussi utiles, pertinentes et pragmatiques de la part de ces acteurs de territoire pour mon activité parlementaire.